La particularité des thérapies cognitives est de placer l’interprétation des évènements (plus que les évènements en eux-mêmes) comme étant à l’origine de nos émotions et de nos comportements.

Ces interprétations prennent naissance dans nos expériences passées. C’est pour cette raison que des situations seront évaluées comme banales pour certains, et dangereuses pour d’autres. C’est ici l’explication de la métaphore du verre à moitié vide ou à moitié plein. Il n’existerait pas de vérité absolue dès lors que chaque évènement que nous vivons passe par notre système cognitif*. Notre système de traitement de l’information déforme ces évènements. En d’autres termes, chacun possède ses propres croyances sur soi, les autres ou le monde. Ce sont les mécanismes qui traitent l’information qui provoquent ces différences : Les pensées et schémas mentaux employés pour interpréter l’environnement.

Aspirer à un « mieux-être » n’est pas l’apanage de personnes en grande souffrance. Toute personne à le droit de faire cette démarche d’auto-responsabilisation. Il sera alors question de remettre en cause ces mécanismes et de dynamiser autrement ses façons d’être. Elle permet d’être plus en accord avec ses valeurs. De ce fait, elle mène à une vie plus épanouie.

Ajouter un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *