Qu’est ce que la  Psychoéducation ?

Définir la psychoéducation  

La psychoéducation est l’explication rationnelle et scientifique du fonctionnement des mécanismes psychologiques humain et des comportements :

Elle vise à apporter des informations précises à la personne en demande d’aide sur son fonctionnement psychologique. Dans ce but, le thérapeute explique le problème, la situation ou le trouble d’un point de vue théorique, et révèle les mécanismes qui les sous-tendent. Pour cela, il illustre les modèles théoriques avec des exemples donnés par le patient. 

Plus que de simples explications, l’étape de la psychoéducation au sein d’une TECC (Thérapie Émotionnelle, Cognitive et Comportementale) possède un réel intérêt thérapeutique.

Complètement transparente, elle permet de démystifier et de donner un sens rationnel et cohérent aux difficultés vécues. 

Une fois ces explications données, le « rationnel du traitement » est alors présenté. Il s’agit ici de présenter les axes de travail et les outils thérapeutiques qui peuvent être mis en place afin d’aboutir aux changements attendus en lien avec les objectifs de la personne (travail cognitif, comportemental et/ou émotionnel). Le discours utilisé se doit d’être clair et adapté car il favorise une bonne compréhension de notions parfois complexes (Bonsack, Rexhaj, & Favrod, 2015).

Efficacité de la psychoéducation

De nombreuses études scientifiques ont démontré que la psychoéducation avait un impact positif sur l’amélioration des troubles, l’observance thérapeutique (capacité à suivre un traitement dans la durée) et la motivation de la personne à s’investir dans le soin (Lucksted, McFarlane, Downing, & Dixon, 2012; Murray-Swank & Dixon, 2004). 

En effet, si le patient a identifié les facteurs de développement et de maintien de son trouble, et qu’il sait comment mobiliser ses ressources pour y faire face, alors l’efficacité de la psychoéducation se démontre dans le temps. De ce fait, la fréquence et l’intensité des symptômes sont réduites, et la qualité de vie de la personne peut être améliorée (Mirabel-Sarron et al., 2015). 

Les effets sur l’alliance thérapeutique 

Le partage d’information entre le thérapeute et le patient favorise le développement de l’alliance thérapeutique, c’est à dire le lien de confiance qui permet un travail en étroite collaboration de la part des deux acteurs (Petitjean, 2011). Le professionnel de santé ne se positionne donc pas en tant que « sachant » ou « détenteur de la connaissance », celui-ci adopte plutôt un rôle de collaborateur. Il aide, entre autre, le patient à devenir expert de son fonctionnement, et l’accompagne dans la mise en place de stratégies alternatives plus adaptées

Bibliographie 

Bonsack, C., Rexhaj, S., & Favrod, J. (2015). Psychoéducation : définition, historique, intérêt et limites. Annales Médico-psychologiques, revue psychiatrique, 173(1), 79-84. 

Lucksted, A., McFarlane, W., Downing, D., & Dixon, L. (2012). Recent developments in family psychoeducation as an evidence-based practice. Journal of marital and family therapy, 38(1), 101-121. 

Mirabel-Sarron, C., Docteur, A., Siobud-Dorocant, E., Dardennes, R., Gorwood, P., & Rouillon, F. (2015). Psychoéducation et TCC. Annales Médico-psychologiques, revue psychiatrique, 173(1), 85-91. 

Murray-Swank, A. B., & Dixon, L. (2004). Family psychoeducation as an evidence-based practice. CNS spectrums, 9(12), 905-912. 

Petitjean, F. (2011). Les effets de la psychoéducation. In Annales Médico-psychologiques, revue psychiatrique (Vol. 169, p. 184-187). Elsevier. 

Photo by Olav Ahrens Røtne on Unsplash

Ajouter un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *